RETOUR AU SOMMAIRE
Retour à la page d'accueil sur les drogues
 
 


Anadenanthera peregrina
  • Une poudre hallucinogène
Le yopo est une poudre hallucinogène, connue également sous le nom de cohoba, utilisée en Amérique à l'époque préhispanique par diverses tribus indiennes et encore aujourd'hui par certaines tribus du sud du Venezuela et du nord du Brésil. Tirée des graines de Anadenanthera peregrina (connue aussi sous le nom de Piptadenia peregrina) et d'A. colubrina, deux arbres de la famille des Légumineuses dont les fruits (gousses) contiennent entre six et douze graines, il s'agit d'un hallucinogène puissant en raison de la présence d'alcaloïdes indoliques (diméthyltryptamine, monométhyltryptamine, bufoténine, méthoxydiméthyltryptamine). 

Feuilles et gousses d'Anadenanthera
  • Histoire
Décrit dès 1496 par une chronique espagnole, l'usage de cette poudre à priser était beaucoup plus répandu qu'aujourd'hui. Les tribus établies des Andes colombiennes jusqu'à la région de l'Orénoque et même jusqu'aux îles des Antilles l'utilisaient largement et les Indiens des hautes terres où l'arbre ne pousse pas allaient l'acheter aux tribus des basses terres. Plusieurs missionnaires puis des explorateurs ont décrit sa préparation et son usage, notamment le célèbre baron Alexandre von Humboldt, naturaliste et explorateur, en 1801. Des échantillons de graines furent envoyés en Europe en 1851 mais leur analyse chimique n'en fut faite que plus d'un siècle plus tard.


Molécule de DMT
  • Usage
Le Yopo est surtout utilisé, comme la plupart des hallucinogènes de la région, par les sorciers dans des rites magiques et divinatoires. Les détails de sa préparation varient selon les tribus mais, le plus souvent, il s'agit d'obtenir une poudre à priser bien que certaines tribus fument aussi les graines. Ces dernières, de couleur grise à noire et aplaties, sont récoltées lors d'une cérémonie. Les graines humidifiées, fermentées dans certaines tribus, sont ensuite broyées puis la pâte obtenue est grillée. Réduite en poudre, elle est alors le plus souvent mélangée avec du calcaire provenant de coquilles d'escargot ou avec de la chaux mais, contrairement à ce qui se produit avec la coca, cette pratique ne semble pas modifier la puissance du produit. La poudre est insufflée par une autre personne dans les narines de l'usager à l'aide d'un long tube d'os ou de bois, permettant un effet rapide. Elle provoque un écoulement nasal abondant suivi d'effets neuromusculaires (frissons, convulsions) puis d'hallucinations visuelles.


Molécule de méthoxy DMT         Molécule de bufoténine


  • Voir aussi : 

RETOUR AU SOMMAIRE
TOUS DROITS RÉSERVÉS
Didier Pol © 2001
dpol#noos.fr
Emplacements des visiteurs de cette page

N'hésitez pas à faire connaître vos impressions, commentaires, suggestions etc