RETOUR AU SOMMAIRE
RETOUR A L'INTRODUCTION
 
 

Accès direct à la table des matières

Une histoire très ancienne

Même si la mention la plus ancienne de l'utilisation par l'homme de substances psychotropes, c'est à dire de substances susceptibles de modifier le psychisme, date de 5 000 ans et que des traces de pavot encore plus anciennes ont été retrouvées dans des habitats humains, ce type de pratique est sans doute aussi ancien que l'espèce humaine elle-même car le besoin d'explorer l'environnement et d'expérimenter, caractéristiques essentielles du comportement humain, ont conduit précocement la lignée humaine à l'expansion géographique de l'espèce et à la colonisation de toute la planète. En même temps, l'expérimentation a dû conduire les hommes à distinguer très tôt les plantes comestibles des plantes toxiques et à identifier celles possédant des propriétés intéressantes, notamment thérapeutiques. 
De la préhistoire à nos jours, la circulation des hommes et leurs échanges n'ont cessé de s'amplifier faisant connaître des plantes utiles très loin de leur région d'origine. Outre des plantes alimentaires, les hommes ont ainsi été amenés à échanger diverses plantes utilisables à des fins médicales, magiques ou hédonistes mais aussi comme poison. La même plante a pu d'ailleurs servir à plusieurs de ces usages simultanément, comme le pavot, probablement la plus ancienne plante à drogue cultivée ou diverses plantes de la famille des Solanacées
Un peu plus d'une vingtaine de végétaux ayant des propriétés psychoactives sont connus dans le monde et tous les principes actifs responsables de leurs effets ont été identifiés. Aujourd'hui, on a établi les caractéristiques moléculaires et le mode d'action sur l'organisme des quelques cent cinquante substances psychoactives naturelles ou synthétiques de base sans compter un nombre bien plus grand encore de dérivés. On est aussi en mesure  de créer à l'infini de nouvelles molécules de synthèse inconnues dans la nature et, de plus en plus, d'élaborer de nouvelles molécules en fonction de l'effet désiré. Si cette activité d'ingénierie moléculaire est à l'origine de nouveaux médicaments particulièrement actifs, elle est aussi  à l'origine de la production illicite de diverses drogues de synthèse résultant de modifications chimiques mineures de molécules connues depuis longtemps. Des stimulants de type amphétaminique (STA) ou des opiacés synthétiques sont ainsi produits clandestinement de façon quasi industrielle.

Diversité des substances psychotropes

  • Les drogues d'origine végétale peuvent être constituées de parties de plantes ou de plantes entières comme la marijuana (sommités fleuries du chanvre indien), la coca (feuilles du cocaïer), les champignons hallucinogènes (végétal entier) ou résulter d'une production végétale grossièrement préparée comme le haschich (résine du chanvre) et l’opium (latex du pavot). L'alcool a également une origine végétale puisqu'il est produit par un champignon microscopique, la levure de bière. 
  • Les effets psychoactifs de ces plantes sont provoqués par des substances chimiques qu'elles contiennent. Il s'agit d'alcaloïdes, substances organiques azotées à caractère basique, à l'exception de l'alcool et du tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du cannabis, qui ne contiennent pas d'azote. Ces alcaloïdes peuvent aussi être extraits des plantes et purifiés, conduisant ainsi à des drogues actives à très faible dose comme la cocaïne, la morphine, la mescaline, etc. Ils peuvent également être transformés chimiquement en produits de semi synthèse comme l’héroïne ou le LSD, encore plus actifs que leurs précurseurs naturels. 
  • Il peut aussi s’agir des mêmes alcaloïdes obtenus par synthèse chimique complète ou de substances synthétiques inconnues dans la nature (designer drugs) comme les amphétamines ou les opiacés de synthèse. 
  • Ce peut être enfin des substances licites détournées de leur usage normal comme de nombreux médicaments psychotropes et divers solvants organiques.
Toutes les substances psychoactives agissent en interférant dans le cerveau avec les mécanismes moléculaires qui assurent normalement les communications entre cellules nerveuses (neurotransmission).
 
Dans les pages de ce site, les molécules responsables des effets des différentes drogues psychoactives peuvent être visualisées en trois dimensions selon des représentations variées et manipulées à l'écran avec la souris. Pour profiter de ces fonctions, l'application CHIME doit être installée dans votre navigateur.
Cliquer ici pour contrôler le cas échéant la présence de CHIME dans votre navigateur.










Psilocybe







    •  
    Tous les modèles moléculaires interactifs présentés dans les différentes pages de ce site sont réunis dans cette Galerie des molécules où vous pouvez les animer avec CHIME et les sauvegarder dans le format de votre choix.



70 molécules 3D animées
de façon interactive

Si une pièce de puzzle s'affiche dans la fenêtre à droite au lieu d'une image identique au modèle ci-dessous de la molécule d'amphétamine sur fond noir, cela signifie que CHIME n'est pas installé dans votre navigateur. 

Pour profiter des modèles tridimensionnels interactifs de molécules de ce site, il vous faut installer l'application CHIME dans votre navigateur.

Pour le télécharger (environ 2 Mo), cliquer ci-dessous :

Cliquer ici pour télécharger CHIME
Attention !

Chime fonctionne sous Windows 98, 2000, XP ... avec des navigateurs acceptant JavaScript comme Netscape Communicator (à partir de la version 3.04 ) ou Microsoft Internet Explorer (à partir de la version 4.0). Il s'installe automatiquement avec ces navigateurs.
Avec Mozilla ou FireFox
L’installeur de Chime cherche par défaut le navigateur netscape.exe et ne le trouve pas. Dans ce cas, installez Chime pour Internet Explorer puis recherchez dans le répertoire /plugins d’Internet Explorer les 5 fichiers contenant le mot « chime » et copiez les dans le répertoire /plugins du navigateur Mozilla ou FireFox.


Lien avec la page d'accueil de CHIME



Molécule d'amphétamine
 


RETOUR AU SOMMAIRE
TOUS DROITS RÉSERVÉS
Didier Pol © 2001-2004
N'hésitez pas à faire connaître vos impressions, commentaires, suggestions, etc.

 
dpol#noos.fr
Emplacements des visiteurs de cette page