RETOUR AU SOMMAIRE
Retour à la page d'accueil sur les drogues
 
 

  • Le champignon
L'amanite tue-mouche, Amanita muscaria, est un champignon hallucinogène appartenant à la famille des Agaricacées (comme le champignon de Paris). Il est largement répandu dans l’hémisphère nord jusqu’à des latitudes très septentrionales et jusqu’à 2 100 m d’altitude. Il pousse dans les sous-bois, notamment à proximité des bouleaux et des conifères avec lesquels il forme des mycorhizes. En Europe de l’ouest, on le trouve de fin août à fin novembre. 
Son nom provient du Grec Amanos, une montagne de la Cilicie où il était abondant. Il est aisément identifiable avec son chapeau rouge, convexe, d’une dizaine de centimètres de diamètre couvert de petites verrues blanches devenu le symbole des champignons. Le pied de couleur blanche se termine à la base par un bulbe arrondi entouré de bourrelets et porte un anneau. L’homme exploite depuis des temps immémoriaux ses propriétés hallucinogènes pour modifier sa conscience au cours de rituels chamaniques.

Amanite tue mouches
  • Alcaloïdes
L’amanite tue-mouches contient plusieurs alcaloïdes : la muscarine a été le premier alcaloïde à en avoir été isolé il y a un siècle. Elle n'a pas d'effet psychotrope à la concentration où on la trouve dans le champignon. C'est un agoniste de certains récepteurs de l'acétylcholine appelés pour cette raison récepteurs muscariniques. 
Le principal alcaloïde psychoactif du champignon est le muscimol, 3-hydroxy-5-aminométhyl isoxazol. Le muscimol est hallucinogène à des doses de 10 à 15 mg. C’est un puissant agoniste du neurotransmetteur GABA. Peu concentré dans le champignon frais, sa concentration augmente lors du séchage car il se forme par décarboxylation (perte d'une molécule de CO2) d'un autre alcaloïde de l'amanite tue-mouches, l'acide iboténique. Ce dernier, qui est un acide aminé, est présent dans l’amanite tue-mouches à une concentration de 0,03 à 0,1 %, plus élevée que celle du muscimol dans le champignon frais. L’acide iboténique est hallucinogène par voie orale à des doses d'une centaine de milligrammes. Il est donc cinq à six fois moins actif que le muscimol. La transformation de l'acide iboténique en muscimol lors du séchage rend compte du fait que l'amanite tue mouches est consommée séchée plutôt que fraîche lors des cérémonies chamaniques. La  muscazone, un autre alcaloïde du champignon qui a des propriétés sédatives et hypnotiques se forme également à partir de l'acide iboténique. Ainsi, au cours du séchage du champignon, la concentration en acide iboténique diminue tandis que la concentration en muscimol et en muscazone augmente.


Molécule de muscarine                            Molécule de muscimol                    Molécule d'acide iboténique
  • Effets
L'amanite tue-mouches exerce trois actions principales : toxique, due à la muscarine ; hallucinogène, due au muscimol et à l’acide iboténique ; sédative et hypnotique due à la muscazone. Sa consommation reproduit les symptômes d’une affection gastro-intestinale bénigne et produit un état d’ivresse accompagné d’hallucinations et d’agitation motrice. Les hallucinations peuvent être de nature psychédélique comme celles provoquées par les hallucinogènes psychédéliques (LSD, mescaline etc.) mais elles peuvent aussi être beaucoup plus construites comme celles provoquées par les alcaloïdes des Solanacées. L’agitation motrice se traduit par des gesticulations, des chants et des rires et peut être interrompue par des périodes de dépression. Les effets se terminent au bout de quatre à huit heures par un profond sommeil et des maux de tête se déclarent au réveil.


RETOUR AU SOMMAIRE
TOUS DROITS RÉSERVÉS
Didier Pol © 2001
dpol#noos.fr
Emplacements des visiteurs de cette page

N'hésitez pas à faire connaître vos impressions, commentaires, suggestions etc